Devant le bois de la Vache le lendemain de l'attaque francaise, Somme, juillet 16

U

ne aube aux couleurs tragiques révèle un paysage plus affreusement dévasté que tous ceux de ces derniers jours : des troncs meurtris se détachent en colonnes de deuil sur un fond de rougeurs sanglantes, vraies lueurs de soleil couchant, comme si l'ordre de la nature même était aboli. On nous place d'abord dans un semblant de tranchée retournée par des explosions toutes fraîches; nous changeons de place ensuite deux ou trois fois, mais le résultat est toujours à peu près identique. Aucun endroit n'est bon par ici.

Jacques Meyer,
La Biffe, 1928

Les dessins de François Flameng

Sur le même thème