article_steinlen_une_2

Centenaire de la mort de Steinlen

14 décembre 1923 : à soixante quatre ans, Théophile Alexandre Steinlen s’éteint, chez sa fille Colette à Paris, des suites d’une crise cardiaque. Sujet à des périodes de dépression depuis de longues années, il continuait, cependant, à mener de front des projets d’illustrations et d’expositions tout en voyageant.

<b>Steinlen</b> - Autoportrait de face tête penchée
Steinlen – Autoportrait de face tête penchée – Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Originaire de Lausanne en suisse, il s’était installé en 1881 à vingt-deux ans avec sa femme Émilie à Montmartre, quartier alors en pleine effervescence. Il y rencontre Adolphe Willette et, profitant de l’essor des revues et journaux à grand tirage, se fait connaître comme illustrateur et, bientôt, affichiste. À l’instar de Willette, il créé des affiches publicitaires, il illustre des partitions de chansons et il dessine des couvertures de titres de presse comme Gil Blas illustré ou Le Mirliton. Son affiche la plus célèbre est celle qu’il dessine en 1896 pour la tournée du cabaret Le Chat Noir. Steinlen est plus un artiste de rue que de salon : il y trouve ses motifs et y diffuse ses œuvres.

Sa personnalité humaniste et sensible l’a conduit à s’intéresser avec constance aux démunis et aux laissés-pour-compte. Les ouvriers, les prostituées, les vagabonds peuplent ses dessins. C’est à Paris, dans les quartiers populaires et notamment sur la butte Montmartre, où il côtoie Toulouse-Lautrec et Aristide Bruand, qu’il trouve l’inspiration de ces œuvres réalistes. Politisé, défenseur du progrès social, il aime, dans une autre veine, utiliser des allégories figurant, par exemple, la libération des opprimés.

Son art est essentiellement graphique mais il se consacre aussi à la peinture et à la sculpture. Il doit sa popularité à la large diffusion dont ses œuvres ont bénéficié et à des sujets appréciés par le plus grand nombre tels les couples enlacés, les travailleurs, les miséreux, les poilus pendant la guerre et, bien sur, les chats —  représentés dans toutes les postures et tous leurs caractères — parfois seuls, en groupe ou plus rarement en meute comme dans son Apothéose des chats en 1885.

Association des amis du Petit Palais de Genève © Studio Monique Bernaz

L’exposition du musée de Montmartre qui se tient jusqu’au 11 février 2024 explore cette personnalité unique. Toutes les formes de son art sont présentes à travers une centaine d’œuvres. On peut, ainsi, découvrir un nombre représentatif de peintures sur toile et quelques pièces de sculpture.

Exposition du 13 octobre 2023 au 11 février 2024.

Musée de Montmartre Jardins Renoir 12, rue Cortot – 75018 Paris Tél. : 01 49 25 89 39 infos@museedemontmartre.fr www.museedemontmartre.fr

Accès à l’album Croquis du Temps de Guerre

Accès à l’article sur les eaux-fortes de 1917 : « L’autre guerre de Steinlen »

Bibliographie :

Steinlen, catalogue de l’exposition du Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, Pagine d’Arte, 2009

Steinlen, 1859-1923, catalogue de l’exposition au musée de Montmartre, Jardins Renoir, In fine éditions d’art, 2023

Les commentaires sont fermés